La croissance des villes constitue un des faits majeurs de ce début de millénaire. On compte près d'un million d'habitants en milieu urbain de plus par semaine. A l'horizon 2030, la population mondiale sera de 8 milliards, dont 5 milliards d'urbains. Cette croissance  concernera avant tout les pays relevant de l'aide au développement, dont les villes devront accueillir deux milliards d'habitants de plus en 25 ans.

À la une

Les comptes des communes 2013 à la loupe.

05/03/2015
Pour la deuxième année consécutive, l’AFD publie l’observatoire des communes de Polynésie française. Cette mise à jour de l’observatoire 2014, augmentée des comptes 2013 des communes, couvre la période 2009/2013. Elle est disponible en ligne sur le site de l’agence.

Cette édition se base sur les comptes consolidés des communes et de leurs principaux groupements. Elle vise à la fois à fournir une base de données fiables sur les finances du secteur communal en Polynésie française et à rendre compte des évolutions des grands équilibres budgétaires. L’observatoire constitue ainsi un référentiel à l’usage des communes polynésiennes. Il permet également de mettre en lumière les spécificités du territoire.

Les communes polynésiennes continuent de se singulariser dans le paysage français par une très faible autonomie financière. Les recettes communales demeurent sous pression en 2013, dans un contexte de montée en puissance des compétences environnementales des communes (eau potable, assainissement, gestion des déchets solides).
En parallèle, les dépenses du secteur communal connaissent une dynamique renouvelée sur l’exercice, dans un contexte de faible progression de l’emploi qui pousse notamment les communes à assumer un rôle social. Cette hausse des charges n’étant pas compensée par la faible augmentation des recettes, on observe un affaiblissement de l’autofinancement des communes
Les communes ont malgré tout renforcé leur effort d’investissement. Dans une période de dégradation des finances de la Collectivité de Polynésie française, l’effort d’équipement communal a donc permis de limiter la baisse de la commande publique globale et de maintenir un certain niveau d’activité économique dans les archipels éloignés
Malgré une dégradation de leurs équilibres, les communes demeurent ainsi des acteurs de premier plan dans le redressement de l’économie du territoire. 


Les communes polynésiennes formées à l’analyse financière

08/12/2014

Le CEFEB, université d’entreprise de l’AFD, a réuni, du 1er au 4 décembre une vingtaine de cadres – directeurs généraux des services et directeurs financiers – des communes et intercommunalités des Iles-du-Vent afin de les former aux outils d’analyse et de planification budgétaire et financière.

 

Aider les élus à prendre les bonnes décisions
L’un des objectifs de cette formation était de renforcer les capacités des cadres afin qu’ils puissent aider leurs élus à prendre les bonnes décisions pour la commune. Des cas concrets, jeux de rôles, mise en situation ont permis aux participants de simuler les conséquences à moyen terme de leurs investissements sur leurs finances.

Rosita Hoffmann, Directrice générale des services de la commune de Punaauia, commune de 25 000 habitants dans l’agglomération de Papeete, témoigne : « A Punaauia, le projet politique pour la mandature vient d’être défini et les cadres communaux travaillent de concert avec les élus délégataires à cette programmation pluriannuelle. Les outils de cette formation apporteront à coup sûr des éclairages précieux à nos élus en vue de veiller à la soutenabilité financière de la commune avec la possibilité de lisser dans le temps les opérations envisagées. Il faut, en effet, veiller à mettre en harmonie les capacités financières de la collectivité avec les ambitions politiques. »

Préserver les équilibres financiers des communes
Les élus, invités lors de la dernière journée, ont pu échanger avec leurs cadres sur l’importance d’une gestion saine des finances publiques confortant leurs projets politiques tout en préservant les équilibres financiers de la commune.

D’autres sujets d’importance ont aussi pu être abordés lors de cette formation : l’intercommunalité, les délégations de service public, les partenariats public-privé. Autant de sujet à anticiper en vue de l’élargissement des compétences des communes aux services publics environnementaux.

La formation a été montée en partenariat avec le Syndicat de promotion des communes de Polynésie française, le Centre de gestion et de formation (équivalent polynésien du dispositif national CNFPT). La Socredo a financé une partie des frais et a envoyé quatre cadres pour suivre la formation.

Retour du Cefeb en Polynésie française
Cet événement marque le retour en Polynésie française du CEFEB qui avait participé entre 2009 et 2011 au dispositif de renforcement des capacités inscrit au Contrat de projets. Une dizaine de formations sur l’organisation des services communaux, la démarche projet spécifique aux communes, la gestion des finances publiques locales, la gestion des services publics environnementaux avaient alors été dispensées à l’attention des communes.

 



Panorama of the Urban and Municipal Sector in India

24/11/2014

La transition urbaine de l'Inde aura des impacts majeurs ces vingt prochaines années. En comparaison à la moyenne mondiale (50 %), le taux d'urbanisation du pays, situé juste au-dessus de 30 %, est encore bas. Toutefois, sa population urbaine totale est déjà la deuxième plus importante au niveau mondial, après la Chine : en 2011, l'Inde comptait un dixième des citations de la planète. Basée sur onze études de cas détaillées, cette étude propose une introduction au sujet de la gouvernance urbaine en Inde et fournit les éléments essentiels des enjeux institutionnels que représentent les interventions dans le domaine du développement urbain local.

 

Un prêt de 20 M€ pour financer les investissements structurants de la Polynésie française

28/10/2014
La Polynésie française et l’AFD ont de nouveau concrétisé leur partenariat en signant ce 28 octobre une convention de prêt, pour un montant de 20 millions d'euros (2,4Mds XPF). Cet appui permettra à la collectivité de Polynésie française de financer une partie des investissements prévus au budget 2014.

Des infrastructures pour gérer la montée des eaux

Ce financement porte majoritairement sur la réalisation d’infrastructures routières, maritimes, aéroportuaires et de défense contre la montée des eaux. Ces infrastructures sont cofinancées par l’État dans le cadre d’un instrument financier spécifiquement dédié aux investissements prioritaires du pays.

En outre, l’AFD accompagne les autorités polynésiennes en vue d'un développement durable, en finançant la mise en place d’un système d’assainissement performant sur le territoire de deux des communes les plus peuplées de l’archipel. Enfin, le renforcement de la cohésion sociale est également visé : plus du tiers des fonds servira à la la production de logements sociaux et à la rénovation des établissements scolaires des Îles du Vent, zone connaissant une densité et un essor démographiques importants.
Au-delà de leur impact direct, ces opérations permettront à court-terme de soutenir la commande publique et à travers elle la relance de l’économie du Pays.


L'observatoire des communes de Polynésie française: un nouvel outil d'appui aux collectivités publiques locales

17/06/2014

L'agence AFD de Papeete a publié un observatoire des communes de Polynésie française, couvrant la période 2008/2012, disponible librement sous format électronique. La démarche suivie, originale par son champ d'études (il s'agit du 1er observatoire des communes publié pour une collectivité d'outre-mer du Pacifique), a vocation à répondre au besoin relayé par les acteurs publics locaux, de pouvoir disposer d'une base de données fiable permettant de rendre compte de la constitution des grands équilibres budgétaires des communes de ce territoire.

 

Lire aussi : L'entretien avec le directeur de l'agence de Papeete, Frédéric Audras

Une base de données adaptée aux besoins des acteurs locaux

Au-delà de considérations financières, cet observatoire tente d'expliquer, au travers des équilibres budgétaires constatés, une double spécificité: celles des communes de polynésiennes vis-à-vis des autres communes françaises, mais aussi celles des communes polynésiennes entre elles. L'examen des budgets permet ainsi d'établir un certain nombre de constats:

  • ces communes se singularisent dans le paysage institutionnel français par une très faible autonomie financière,
  • face aux tensions constatées sur leurs recettes, les communes ont opéré des efforts de gestion notables (notamment la réduction de la masse salariale),
  • face à la baisse de la commande publique globale, les communes ont maintenu un effort d'équipement, toutefois largement subventionné par l'État et la Collectivité de Polynésie française.

L'observatoire constituera un nouvel outil d'aide à la décision pour les communes et l'ensemble de leurs partenaires institutionnels (État, Pays) et privés (cabinets d'études, bailleurs de fonds), sur les sujets afférents au développement de ces collectivités, et dans la perspective des futurs partenariats financiers entre l'État et les acteurs publics locaux polynésiens pour la période 2015-2020.

L'agence prévoit de publier chaque année la mise à jour synthétique de l'observatoire intégrant les derniers comptes connus, et ce dès 2015.



Focales n° 18 | Institutional Pathways for Local Climate Adaptation: A Comparison of Three South African Municipalities

04/04/2014

March 2014 | Anna TAYLOR, Anton CARTWRIGHT (University of Cape Town) et Catherine SUTHERLAND (University of KwaZulu-Natal)
Coordination AFD: Fabio GRAZI & Laureline KRICHEWSKY (département de la Recherche)

Cette recherche porte sur les facteurs politiques, institutionnels et sociaux à l'origine de l'initiation de l'adaptation climatique à Cape Town, Durban et Theewaterskloof, localement considérées comme "leaders" dans la lutte contre le changement climatique.
 

Les conclusions montrent que, faute de soutien politique ou fiscal suffisant, l'adaptation au changement climatique demeure prisonnière d'une planification et d'une gestion techniques dans lesquelles les progrès dépendent de l'énergie et des efforts des individus. Toutefois, des faits prouvent que les actions de militants locaux, dans un contexte de sensibilité accrue aux questions du changement climatique et de ses effets négatifs à la fois pour les pauvres et pour les riches, commencent à créer des occasions politiques de faire de ce sujet une question de développement centrale, strictement liée aux enjeux de services publics, de marchés et d'emploi.   



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus