Éducation, formation, emploi : la jeunesse au coeur du développement

À la une

« 34 merveilles du monde» en exposition à Paofai jusqu'à la fin de l'année 2014

21/11/2014

En présence du Haut-commissaire et en partenariat avec des associations de protection de l'environnement, l’équipe de l’agence de Papeete a eu le grand plaisir d’inaugurer l’exposition des photographies des 34 merveilles du monde le 21 novembre dernier.

 

En sensibilisant petits et grands aux enjeux de la protection de la biodiversité, l’exposition prend tout son sens en Polynésie française, qui héberge une biodiversité terrestre et marine remarquable, importante localement et régionalement, mais aussi à l’échelle planétaire.

 Or aujourd’hui, la Polynésie se place dans les premiers rangs des pays au plus fort pourcentage d’espèces menacées au monde (16e). En 2008, sur un ensemble de 24 territoires insulaires de la région Pacifique, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a classé la Polynésie française comme le territoire présentant le plus grand nombre d’espèces éteintes avec un total de 74 espèces disparues, loin devant les îles Cook (15 espèces) et les îles Norfolk (11 espèces). À l’heure actuelle, 173 espèces sont menacées de disparition en Polynésie et inscrites sur les listes rouges de l’ UICN , dont 61 sont considérées en danger critique d’extinction.

Une réalité qui prend également sens sur le plan économique, si l’on tient compte du fait qu’en Polynésie la plupart de la valeur  créée n’est pas issue d’une industrie, mais repose sur les richesses de la nature telles que la perle, le cocotier, la vanille, le thon ou le noni. Des richesses dont la préservation est également essentielle au maintien du tourisme.

Cette exposition est aussi l’occasion de mettre en avant les associations locales de protection de l’environnement, que leurs actions s’orientent vers des protections d’espèces ou vers des protections d’habitat. Les associations Te mana o te moana (protection des mammifères marins), Manu (société d’ornithologie), Te Reo o te Tuamotu (protection de l’archipel des Tuamotu), et Tamarii Pointe des pêcheurs (protection des lagons de Tahiti) sont ainsi mises à l’honneur par la création de panneaux d’exposition supplémentaires.

Située dans les Jardins de Paofai, un parc public au cœur de Papeete, l’exposition devrait durer 4 semaines avant de devenir itinérante et de circuler dans des écoles ou d’autres lieux publics en Polynésie.



Une réévaluation de l’objectif de scolarisation primaire universelle sous l’angle des acquis scolaires

02/07/2014

Cette étude est la première analyse comparative de la qualité de l’éducation en Afrique subsaharienne. Elle évalue les acquis scolaires d’une trentaine de pays africains, dans une optique de comparaison internationale. Les auteurs ajustent ici l’objectif initial de la Scolarisation primaire universelle (SPU) à un objectif plus restrictif de Scolarisation primaire universelle de qualité (SPUQ), où la majorité des élèves terminent le cycle primaire en ayant acquis un socle minimum de connaissances et de compétences en lecture et en mathématiques.
Il ressort de cette analyse que certains systèmes éducatifs ayant amélioré l’accès à l’école primaire connaissent une baisse sensible de la qualité de leur éducation. Cette analyse conjointe met en lumière des situations très hétérogènes selon les pays.
 

A Savoir 24 | Les enjeux du développement en Amérique latine - Dynamiques socioéconomiques et politiques publiques

07/01/2014

Janvier 2014 | Institut des Amériques - Deuxième édition, actualisée et enrichie
Sous la direction de Carlos QUENAN et Sébastien VELUT (IHEAL)
Coordination: Eric JOURCIN (AFD)

Si la plupart des pays d’Amérique latine ont accompli des progrès considérables au cours de la dernière décennie, un certain nombre d’obstacles restent à surmonter pour installer durablement la croissance et assurer un développement soutenable. Les défis sont importants : réduire les inégalités sociales et spatiales, dynamiser la gestion des villes et préserver leur environnement, renforcer l’épargne et l’investissement, promouvoir les gains de productivité, améliorer la qualité de l’éducation et de la formation, structurer la protection sociale.
 

Ces défis sont autant de motifs d’intervention et de collaboration pour une institution de développement comme l’AFD, dont l’activité dans cette partie du monde entend contribuer au mieux à l’épanouissement des relations entre l’Amérique latine et la France. Dans un tel contexte, la seconde édition de cet ouvrage, actualisée et enrichie, renouvelle aujourd’hui un regard attentif sur les réalités économiques et sociopolitiques d’une région en pleine mutation, avec laquelle beaucoup reste à partager.



Question de développement n° 03 | L’enseignement privé en Afrique subsaharienne

15/11/2013

Au regard des engagements des États en matière d’éducation, de leur situation éducative actuelle et de nombreux défis pour l’avenir, la question de l’enseignement privé constitue en effet un enjeu essentiel pour la région. En analysant le fonctionnement de l’enseignement privé en Afrique subsaharienne, notamment la situation de son offre et de sa demande, de son encadrement, de ses financements et de ses réalisations, l'auteur montre à quel point il est important de mieux l’encadrer et de l’inciter à améliorer l'accès, la qualité et l'équité de l'éducation dans la région.

670 000 euros pour la rénovation et la modernisation d'un bâtiment historique

21/08/2013

La CCISM et l’AFD ont signé au siège de la Chambre consulaire, le mercredi 21 août, une convention de crédit pour un prêt de 670 000€, soit près de 80 millions de Fxpf. Ces fonds seront dédiés au financement du chantier de réhabilitation, de réamenagement et de modernisation de l’immeuble historique (construction en 1956) de la Chambre de commerce, d'industrie des services et des métiers (CCISM), situe au 41 avenue du Docteur Cassiau à Papeete.

Des travaux indispensables

Indispensables au respect des normes de sécurité applicables sur le Territoire, ces travaux de réaménagement et de réhabilitation, en cours de réalisation, permettront de moderniser les structures d’accueil des chefs d’entreprises, porteurs de projets et investisseurs, en remettant à disposition 600 m2 d’espace dédié à de l’évènementiel et de la réflexion économique. Ces travaux permettront également une démarche développement durable en matière de consommation énergétique de l’immeuble.

L’effort d’équipement prévisionnel de la CCISM s’établit cette année à 838 000€ soit près de 100 millions de Fxpf, son plan de financement se décomposant comme suit :
 
 
En M. Fxpf
 
en Euro
Subventions Etat
 
 
 
Subvention Polynésie fse
 
 
 
Autres
 
 
 
Ressources propres
20 000 000
 
168 000
Dont emprunt AFD
80 000 000
 
670 000
Total
 
 
 
 
Une collaboration qui dure depuis 2009
 
Ce financement marque la poursuite de la collaboration des deux établissements, en cohérence avec le précédent prêt AFD octroyé en 2009 dans le cadre de l’extension des locaux de la CCISM dédiés à la formation.
 
Le prêt de l’AFD est bonifié, c’est-à-dire qu’il bénéficie d’une réduction du taux d’intérêt grâce à une subvention de l’Etat pour le financement des collectivités locales dans l’outre-mer. Ces conditions financières avantageuses permettront à l’Etablissement de réduire, dans le temps, le coût du programme d’investissement sur ses différents budgets.
 
Au programe : des rénovations du rez-de-chaussée à la toiture
 
Afin d'assurer la réussite de ce projet, la CCISM a mis en place un programme de travaux sur différentes parties de l'édifice:
 
- le rez-de-chaussée: aménagement d'un espace d'accueil et évènementiel moderne et sobre en Business to Business, en lieu et place d'une partie précédemment inexploitée de ma CCISM (300 m2). Mise à disposition d'un lieu de détente, espace café aevc accès internet pour les chefs d'entreprises, porteurs de projets et investisseurs. Remplacement de l'installation électrique en privilégiant l'utilisation du LED.
 
- le 1er étage: réaffectation fonctionnel des espaces du R+1 dédié aux équipes supports de la CCISM, des espaces dédiés aux chefs d'entreprises, par la démolition des cloisons intérieurs en bois au profit de plaques BA13 "double-peau" (matériau léger favorisant une meilleure isolation phonique); création d'issues de secours aujourd'hui inexistantes; remplacement des menuiseries en aluminium pour une meilleure isolation. Remplacement de l'installation électrique en privilégiant l'utilisation du LED.
 
- le 2ème étage: les travaux portent essentiellement sur le remplacement total de la charpente métallique, la démolition totale des cloisons intérieures et plafonds afin de sécuriser le bâtiment, la réaffectation fonctionnelle de l'espace qui sera entièrement dédié aux chefs d'entreprise, porteurs de projets et investisseurs (300 m2). Remplacement de l'installation électrique en privilégiant l'utilisation du LED.
 
- les façades extérieures: entièrement revue et repensée, leur rénovation permettra d'améliorer l'attractivité de la CCISM avec une façade moderne et sobre qui pourrait également selon les projets servir de façade support de communication par installations toiles tendues, correspondants aux évenements/actions économiques engagées par la CCISM et ses partenaires.
 
- la toiture: sa reconstruction doit amener à un profil plat, laissant la possibilité d'installation de compresseurs et de panneaux solaires, dans le cadre de la 2ème phase de travaux, prévue en 2014.


Conférences et Séminaires n° 6 | L’économie informelle dans les pays en développement

23/01/2013

Sous la direction de: Jean-Pierre CLING, Stéphane LAGRÉE, Mireille RAZAFINDRAKOTO et François ROUBAUD
Contact AFD: Véronique Sauvat, département de la Recherche

Le secteur informel est largement méconnu par les chercheurs et négligé – voire perçu négativement – par les politiques publiques. Les travaux présentés ici dressent un véritable « état de l’art » en matière de recherches économiques dans ce domaine, couvrant à la fois l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine et rédigés par des auteurs venant d’horizons très différents.
Un message-clé ressort de l’ouvrage : les principales caractéristiques de l’économie informelle sont relativement proches entre pays en développement, avec une forte précarité de l’emploi et une médiocrité des revenus et des conditions de travail. Pourtant, dans la mesure où l’économie informelle est condamnée à perdurer, même dans les pays émergents, la définition de politiques de soutien constitue un enjeu majeur de développement.
 

Cet ouvrage reprend une sélection de communications présentées lors d’une conférence internationale organisée en mai 2010 à Hanoï par l’Académie des sciences sociales du Vietnam et l’Institut de recherche pour le développement, avec le soutien de l’Agence Française de Développement et de plusieurs organisations internationales : Banque mondiale, Organisation internationale du travail, Programme des Nations unies pour le développement et Department for International Development.



 
 
1 
2  3 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus