L’AFD a amorcé sa stratégie par la gestion durable et la protection d’écosystèmes en favorisant les secteurs de la forêt, de la pêche et des aires protégées, essentiellement en Afrique, par l’appui aux politiques publiques et renforcement des capacités.

En savoir plus

>>

Le déboisement de la forêt est à l’origine d’environ 20% des émissions de gaz à effet de serre : la quasi-totalité se situent dans les pays en développement. A travers ses projets, l’AFD concilie développement, préservation de la forêt et lutte contre le changement climatique.

En savoir plus

>>

À la une

« 34 merveilles du monde» en exposition à Paofai jusqu'à la fin de l'année 2014

21/11/2014

En présence du Haut-commissaire et en partenariat avec des associations de protection de l'environnement, l’équipe de l’agence de Papeete a eu le grand plaisir d’inaugurer l’exposition des photographies des 34 merveilles du monde le 21 novembre dernier.

 

En sensibilisant petits et grands aux enjeux de la protection de la biodiversité, l’exposition prend tout son sens en Polynésie française, qui héberge une biodiversité terrestre et marine remarquable, importante localement et régionalement, mais aussi à l’échelle planétaire.

 Or aujourd’hui, la Polynésie se place dans les premiers rangs des pays au plus fort pourcentage d’espèces menacées au monde (16e). En 2008, sur un ensemble de 24 territoires insulaires de la région Pacifique, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a classé la Polynésie française comme le territoire présentant le plus grand nombre d’espèces éteintes avec un total de 74 espèces disparues, loin devant les îles Cook (15 espèces) et les îles Norfolk (11 espèces). À l’heure actuelle, 173 espèces sont menacées de disparition en Polynésie et inscrites sur les listes rouges de l’ UICN , dont 61 sont considérées en danger critique d’extinction.

Une réalité qui prend également sens sur le plan économique, si l’on tient compte du fait qu’en Polynésie la plupart de la valeur  créée n’est pas issue d’une industrie, mais repose sur les richesses de la nature telles que la perle, le cocotier, la vanille, le thon ou le noni. Des richesses dont la préservation est également essentielle au maintien du tourisme.

Cette exposition est aussi l’occasion de mettre en avant les associations locales de protection de l’environnement, que leurs actions s’orientent vers des protections d’espèces ou vers des protections d’habitat. Les associations Te mana o te moana (protection des mammifères marins), Manu (société d’ornithologie), Te Reo o te Tuamotu (protection de l’archipel des Tuamotu), et Tamarii Pointe des pêcheurs (protection des lagons de Tahiti) sont ainsi mises à l’honneur par la création de panneaux d’exposition supplémentaires.

Située dans les Jardins de Paofai, un parc public au cœur de Papeete, l’exposition devrait durer 4 semaines avant de devenir itinérante et de circuler dans des écoles ou d’autres lieux publics en Polynésie.



3e Congres international des aires marines protegees

10/21/13 1:00 AM

Lundi a débuté la troisième édition du congrès international des aires maines protégées à Marseille. Le Congrès IMPAC est le rendez-vous international des décideurs, gestionnaires et usagers des océans qui veulent concilier le développement durable et la protection de l’environnement marin. 

5 jours d’échanges et de débats au Palais du Pharo, à Marseille. Chaque journée est dédiée à une thématique spécifique relative aux aires marines protégées (AMP) : sciences et connaissances pour une meilleure gestion - outils de gestion et moyens d’action pour les AMP - gouvernance, partenariat et implication des industries - approches régionales.

L’enjeu de cette édition 2013 est d’offrir une vision nouvelle et des outils performants pour atteindre l'objectif de protéger 10 % des océans d’ici 2020, comme le recommande la Conférence sur la diversité biologique (CDB). Le congrès est également l’occasion de mesurer le chemin parcouru et de fixer les grandes orientations qui permettront d’atteindre cet objectif.

Tout au long de la semaine, le FFEM et l’AFD présenteront leurs actions en matière de projets financés sur la gestion durable des pêcheries, la préservation de l’environnement marin, le soutien aux aires marines protégées. Ils seront présents à la fois dans l’espace d’exposition et contribueront à plusieurs ateliers, table-rondes ou cafés des connaissances. 



Capitalisation des actions du FFEM pour proteger l'environnement marin mondial

10/9/13 12:00 AM

Cette plaquette présente les engagements du FFEM pour protéger l'environnement marin mondial.  Depuis près de 20 ans, le FFEM se mobilise pour la protection de la biodiversité marine et des ressources halieutiques. Depuis 1994, date de sa première intervention en mer, à Sainte Lucie dans les Caraïbes, le FFEM a porté 20 projets marins pour un financement total de 24,5 millions d’euros.

Le FFEM intervient dans les mers et océans du monde entier, touchant près de 50 pays : la Méditerranée, qui concentre le plus grand nombre de projets, le Pacifique, l‘Océan indien et les Caraïbes. Le FFEM a permis la création ou le renforcement direct de près de 120 AMP, couvrant environ 20 000 km².

La collection

La série "Capitalisation des expériences " présente l'approche stratégique du FFEM autour d'une thématique donnée en proposant de manière non exhaustive des actions pilotes et des opérations de terrain, menées avec ses partenaires. Cette collection se veut être un document de capitalisation des expériences dans lequel le FFEM s'affiche en tant que partenaire pour la préservation et la gestion durable de l'environnement.



Signature de deux accords de financement PPI avec des ONG ghanéennes, actives dans la préservation de l’environnement

7/16/13 1:00 AM

Deux accords de financement viennent d'être signés au profit de l’ONG Friends of the Nation et de la coalition d’ONG Northcode, en présence de l’Ambassadeur de France au Ghana, du  Directeur de l’AFD au Ghana, Bruno Leclerc qui représentait le FFEM, et des bénéficiaires. Le premier concours de 38.500€ contribue à la conservation de la biodiversité et au renforcement des moyens de subsistance en milieu rural dans le parc national de Mole et le second, de 32.000€, vise à accompagner l’action de conservation menée dans la zone humide Anlo beach.

Initiative de la coalition d’ONG Northcode 

Le Mole National Park, situé au Nord-ouest du Ghana, abrite dans ses écosystèmes une faune et une flore très riche. Cette zone est fortement menacée par les feux de brousse, le braconnage et la surexploitation des ressources naturelles par les populations vivant en périphérie du parc. Le projet porté par la coalition d’ONG a pour objectif de développer l’apiculture pour générer rapidement des revenus pour les populations, restaurer des zones dégradées avec des essences d’arbres locales d’intérêt médicinal (actuellement trop exploitées) et d’élaborer des plans de gestion des ressources pour chaque communauté impliquée qui seront harmoniés dans un plan intégré de conservation et de gestion de la biodiversité (Integrated Biodiversity Conservation and Management Plan) approuvé par les autorités. Dans l’ensemble, le projet appuiera 20 communautés (75 500 habitants) sur une zone de 6 000ha.

Initiative de l’ONG Friends of the Nation 

Le second projet se situe au niveau de la zone humide d’Anlo Beach, d'une superficie de 1.500 hectares, dans le district de Shama à l’ouest du pays. Cette zone est très riche en faune aviaire et contient une multitude d’espèces de poissons. Le projet  est porté par l’ONG Friends of the Nation et vise à renforcer les capacités des populations locales à mieux gérer les ressources de la zone humide, à régénérer les mangroves  et à créer des activités économiques durables. Trois communautés sont concernées dans la zone d'Anlo Beach, représentant 1.000 ménages et 8.000 personnes.

Ces deux projets mobiliseront au total 70 500€ de subvention accordée par le Programme de Petites Initiatives (PPI) du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM).

Au Ghana, six ONG bénéficient déjà des financements du PPI : Ghana Wildlife Society, Northcode, Friends of the Nation, Atidev, A-Rocha et Wapca. Le programme PPI est dédié au soutien des ONG africaines actives dans la protection de l’environnement et consiste à octroyer des financements de micro-projets locaux. Depuis sa création en 2006, le PPI a déjà mis en œuvre plus de 100 projets dans 25 pays avec des montants moyens allant de 30.000 à 50.000€.

 



Forum 2012 des Aires Marines Protégées en Méditerranée du 25 au 28 Novembre, à Antalya - Turquie

10/15/12 12:00 AM

Pour la première fois en Méditerranée, près de 300 acteurs-clés des différents secteurs d’activité concernés par le milieu marin issus des 21 pays riverains, vont se réunir pour partager leur expérience, élaborer un programme commun de travail, et pour faire progresser le réseau des Aires Marines Protégées en Méditerranée.

L’ambition du Forum est de développer une vision commune et de définir une nouvelle feuille de route stratégique pour atteindre l'objectif fixé dans le cadre de la Convention de Barcelone : établir d’ici 2020 un réseau d’Aires Marines Protégées en Méditerranée , efficacement géré et écologiquement représentatif.

 

Lors de cet évènement la dernière mise à jour de l’état des lieux des Aires Marines Protégées en Méditerranée sera présentée, ainsi que de nombreux nouveaux outils et études stratégiques pour la conservation de la biodiversité et la gestion durable des ressources naturelles.

 

Le Forum 2012 des Aires Marines Protégées en Méditerranée est une initiative conjointe du réseau des Aires Marines Protégées en Méditerranée (MedPAN) et de ses partenaires , du Centre d’Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP), de la Direction Générale pour la Conservation des Ressources Naturelles (Turquie) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Turquie.

 

Il est soutenu par la fondation MAVA, la fondation Prince Albert II de Monaco, le Fonds Français pour l’Environnement Mondial, la Fondation Total, la ville de Marseille, la Communauté d’Agglomération Toulon-Provence-Méditerranée, le Conseil Général du Var, le Programme Med Européen, l’AECID et l’Agence Française de Développement.

>>> En savoir plus sur le Forum



Hyderabad : un sursaut pour sauver la biodiversité mondiale ?

10/7/12 1:00 AM

A la veille de l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité en Inde, l’émission C’est pas du vent (RFI) du 7 octobre est l'occasion de voir comment la francophonie s’engage pour lutter contre la dégradation des écosystèmes et pour garantir aux populations locales un partage juste et équitable de l’utilisation de leurs savoirs traditionnels.  

Quels sont les enjeux de la 11e Conférence des parties (COP11) de la Convention sur la diversité biologique (CDB), qui se tient du 8 au 19 octobre à Hyderabad (Inde) ? Quelles sont les missions du FFEM et de l'AFD en matière de protection de la biodiversité ?

Julien Calas, chargé de projet Biodiversité au Fonds Français pour l’Environnement mondial, et Gilles Kleitz, chargé de projet Biodiversité à l’Agence Française de Développement, sont intervenus lors de l'émission "C'est pas du Vent", diffusée dimanche 7 octobre. Ils ont rappelé les enjeux de la protection de la biodiversité et présenté la diversité des actions financées par l'AFD et le FFEM dans ce domaine.

En particulier, à travers un exemple concret, le programme de petites initiatives, lancé en 2006, une centaine d'initiatives ont été financées pour concilier préservation de l'environnement et développement. Ce programme a la particularité de financer des petits projets, au bénéfice des populations locales. Ecotourisme au Bénin, activités développées sur des zones de chasse,  développement d'une filière économique autour de la plantation de piments pour limiter les conlits homme-éléphant, sont des exemples des nombreuses expériences financées dans le cadre du Programme de Petites Initiatives (PPI) du FFEM.

Réécouter l’émission sur RFI

Lire le bilan du PPI 2



 
 
1 
2  3 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus