L'AFD et les ONG

À la une

Avec les paysans de l’altiplano

14/06/2017

En Bolivie, la pauvreté est bien plus vive en milieu rural, et particulièrement dans l’altiplano, plaine inhospitalière bordant la frontière avec le Pérou. Face à un climat rude et à la pauvreté des sols, les paysans peinent à assurer leur subsistance. Une initiative pilotée par le Secours Catholique et financée par l’AFD donne aux petits producteurs les moyens de renouer avec la sécurité alimentaire.

L’altiplano bolivien est avec le plateau tibétain la plus haute région habitée du monde. C’est un milieu extrême. À environ 50 kilomètres de la ville de La Paz et à 4000 mètres d’altitude se trouve la petite communauté de Calamarca (« village en pierre »). Ici, la population vit depuis toujours ses terres, des terres confrontées à un climat rude et froid, à des conditions météorologiques changeantes où l’eau est une denrée rare.

Mais ces conditions déjà difficiles sont aggravées par les changements climatiques. Ici, ils sont bien réels. L’instabilité s’est accrue, bouleversant les régimes des pluies et apportant de longues périodes de sécheresse. Résultat ? La pérennité des pratiques agricoles traditionnelles et donc la sécurité alimentaire des habitants sont menacées. Face à la pauvreté grandissante, nombreux sont ceux qui fuient l’altiplano pour tenter leur chance ailleurs.


Diffuser des pratiques agricoles durables

Pour y remédier, le Secours Catholique pilote un programme de soutien aux petits producteurs de Calamarca et d’une communauté voisine, Colquencha. Il est soutenu financièrement par l’AFD et le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) . Sur le terrain, c’est le CIPCA (Centro de investigación y promoción del campesinado) qui accompagne ces communautés.

Le programme mise sur une gestion durable des ressources naturelles et des pratiques agricoles. Une gestion durable qui intègre pleinement la nouvelle donne climatique... Encourager ces initiatives, c’est influer sur développement de l’économie paysanne et indigène et aussi limiter l’exode rural.

L’accompagnement de CIPCA s’est révélé déterminant : l’appui technique et l’apport en matériel ont déjà bénéficié à 150 familles. L’action de l’ONG a permis de développer l’élevage pour la production de lait, la production de légumes bio sous serre et d’installer un système d’irrigation plus résistant aux effets du changement climatique. Une pompe hydraulique solaire a aussi été installée.

« Grâce aux serres, nous avons pu diversifier nos productions en cultivant des plantes qui ne peuvent pas pousser en plein air sur l’altiplano, comme les tomates, les laitues ou les concombres, témoigne Severo Mamani, producteur et chef de la communauté de Caluyo, Calamarca. Et ça se retrouve dans nos assiettes : nous avons introduit de nouveaux aliments dans notre alimentation ! »


Le défi de la commercialisation

Ce soutien a également permis aux paysans de se structurer : « Nous avons créé l’association des producteurs agricoles de Calamarca, pour être plus forts ensemble sur le marché local et mieux protéger nos intérêts », poursuit Severo.

Plus loin, à 20 minutes de trajet en voiture, Colquencha : ici, les espoirs reposent sur un projet de laiterie, également soutenu par le CIPCA. Et comme à Calamarca, les résultats du programme sont tangibles : plus d’indépendance et de résilience face aux changements

« Nous produisons maintenant des dérivés du lait comme du fromage frais et des yaourts, explique Justina Mamani, membre de l’association des femmes productrices de produits laitiers AIMPROLEM. Cela nous permet, à nous producteurs, de mieux faire face aux évolutions du marché du lait et de vendre nos produits localement ! »

 

Plus de responsabilités pour les femmes

L’intégration des femmes et des jeunes dans l’économie paysanne locale est l'un des autres défis à relever. Le CIPCA a fait de la formation des femmes « leaders » une priorité sur le long terme. «  Nous ne devons pas nous contenter d’influer sur le secteur productif, explique  Gustavo Clavijo Leaño, directeur de CIPCA Altiplano. Nous voulons agir sur des questions socio-politiques. Les femmes par exemple jouent un rôle essentiel dans l’économie rurale. Elles sont appelées à être des agents du changement dans l’agriculture et la nutrition. »

Faire face. S’adapter. Et puis relever le défi… Pas à pas, le CIPCA plante quelques graines d’espoir et de changement sur les hauts plateaux. 
 



Conférences & Séminaires n° 9 | L’évaluation en évolution - Pratiques et enjeux de l’évaluation dans le contexte de l’efficacité du développement

05/02/2014

Janvier 2014 | Coordination: Emilie ABERLEN (AFD) et Charlotte BOISTEAU (F3E).

Ce volume présente les actes du premier séminaire sur l’évaluation organisé conjointement par l’AFD et le F3E, le 15 octobre 2012. Cette rencontre visait à dresser un état des lieux des pratiques et des enjeux de l’évaluation dans le contexte en évolution de l’efficacité du développement.
Dans ce cadre renouvelé, le rôle de l’évaluation en tant que vecteur d’efficacité s’impose autant qu’il interpelle : qu’entendons-nous aujourd’hui par évaluation? Quels objectifs viser en priorités ? Quelles innovations au service des démarches d’évaluation ?

Quinze praticiens de l'évaluation (bailleurs, ONG, bénéficiaires et collectivités territoriales) donnent leurs avis, partagent leurs expériences et mutualisent leurs compétences. La présente publication restitue leurs contributions, et sa synthèse revient sur les temps forts de la journée, y compris les débats.
 
Après le succès de ce premier séminaire, l'AFD et le F3E organiseront une seconde rencontre en octobre prochain autour de l'évaluation du changement social.



Ex Post n° 53 | Evaluation des lignes de crédit de l'Agence Française de Développement octroyées à la Banque ouest-africaine de développement (2000-2010)

30/01/2014

Janvier 2014 | Jean-Paul SEILLER, Dominique LECHEVIN, Alain GRANEL, Fabrice ALCANDRE, consultants, C2G
Coordination: Paul-Jean REMY et Bertrand SAVOYE, Division Evaluation et Capitalisation, AFD

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) est un établissement régional bien établi, dont la réputation est positive, aussi bien auprès de ses Etats membres qu’auprès de ses partenaires financiers ou de ses emprunteurs. L'AFD l’a accompagnée de façon régulière et significative tout au long de son histoire. C’est dans ce contexte que l’Agence a commandé une mission d’évaluation, à la fois sur le fonctionnement pratique de sa coopération à travers les lignes de crédits octroyées et sur les formes qu’elle pourrait prendre à l’avenir, pour accompagner la Banque dans son développement.
 

Les auteurs du rapport formulent des recommandations à destination de l'AFD et des ONG rencontrées.



Ex Post n° 52 | Evaluation stratégique de projets ONG dans le domaine de la santé (Mali, Burkina Faso et Cambodge)

19/12/2013

Décembre 2013 | Marc TOTTE (Inter-Mondes), Jean-Luc EL KAIM, Alain GRANEL et Christian LE TEURNIER (C2G Conseil) - Avec les contributions de Mamadou GOITA, Bréhima KONE (IRPAD Mali) et Rachel MEDAH (C2G Conseil Burkina Faso)
Coordination: Corinne de PERETTI, Division Evaluation et Capitalisation, AFD


La présente évaluation porte sur 20 projets santé menés par 13 ONG françaises entre 2007 et 2013 (et, pour certains, encore en cours). Il s’agit donc d’un exercice expérimental et inédit d’évaluation sectorielle de projets d’ONG cofinancés par le guichet « Initiative ONG » géré aujourd’hui par l’AFD.
 

 

Les auteurs du rapport formulent des recommandations à destination de l'AFD et des ONG rencontrées.



Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus